Accueil > Dernières nouvelles

COMMENT GARANTIR LA RÉPONSE AUX BESOINS DE CHALEUR DES PÔLES URBAINS À PARTIR DE LA RESSOURCE LOCALE EN BOIS ?

C’est la question à laquelle les élus de la communauté d’agglomération d’Arlysère travaillent, accompagnés par leur Association de Communes Forestières, compte tenu du développement en cours et souhaité des réseaux de chaleur bois sur le territoire, dont Ugine et prochainement Albertville.

22 000 tonnes de bois en plus consommés à l’horizon de l’hiver 2018/2019, à mobiliser autant que possible aux alentours d’Ugine et d’Albertville, tel est l’enjeu relevé par les élus de la communauté d’Agglomération.

Pour y répondre, ces derniers ont pris attache auprès de leur Association de Communes Forestières, qui les accompagne depuis 1 an, avec l’appui de certains partenaires dont notamment le Pôle d’Excellence Bois 73/74 et l’Association Savoyarde pour le Développement des Energies Renouvelables (ASDER).

Ce travail de l’Association des Communes Forestières vise compléter les connaissances des élus locaux, et à les conseiller sur 3 sujets en particulier.

Vérifier la disponibilité en bois

Riche de son expérience en matière d’analyse de la ressource forestière à partir de données cartographiques, l’Association des Communes Forestières a réalisé, au démarrage du projet, une évaluation de la disponibilité de la ressource, sur une grande moitié est du département savoyard, incluant les vallées de Tarentaise et de Maurienne, et la totalité de la Combe de Savoie.

Cette analyse a consisté à évaluer la disponibilité en bois à partir de données de productivité (hypothèse où seulement l’accroissement annuel est prélevé), des types de produits valorisables (bois d’œuvre, bois énergie, en fonction des typologies de peuplement), et des conditions de mobilisation (en fonction de la topographie et du réseau de desserte existant).

La compilation de l’ensemble de ces informations avec des données existantes sur le bassin chambérien et les massifs des Bauges et de Chartreuse, a permis de couvrir 90% des forêts du département.

Au vu de ces éléments, la quantité de bois de qualité bois énergie est d’environ 465 000 m3/an, dont environ 205 000 m3/an le sont dans des conditions technico-économiques acceptables dès aujourd’hui. La mobilisation des 260 000 m3/an plus difficiles d’accès nécessitera une évolution de ces conditions d’accès (création de dessertes et de places de dépôts) et/ou une évolution des conditions de marché.

Il convient d’ajouter à cette ressource directement issue de forêt environ 80 à 85 000 m3/an issus du sciage des produits bois d’œuvre (connexes de scieries valorisables en bois énergie).

En comparaison, les différentes prospectives évaluent à 450 000 m3/an la consommation à l’horizon 2050 (source ASDER).

La forêt savoyarde est donc physiquement en capacité de répondre à l’augmentation des besoins dans le cadre d’une gestion durable, c’est-à-dire sans prélever plus que la productivité. Néanmoins, cet objectif dépendra fortement de la capacité à mobiliser la ressource aujourd’hui difficilement accessible.

Construire le plan d’approvisionnement et évaluer la viabilité technique et économique d’une plateforme logistique pour la production, le stockage et le conditionnement de bois énergie

L’autre volet de l’accompagnement des Communes Forestières a porté sur l’analyse d’opportunité d’une plateforme logistique pour la production, le stockage et le conditionnement de produits bois énergie à destination des chaufferies du territoire.

L’objectif de ce travail est de répondre à 3 questions clairement exprimées par les élus du territoire : une telle plateforme est-elle pertinente pour organiser l’approvisionnement localement ? Si tel est le cas, quel serait le site le plus approprié pour l’implanter ? Et enfin troisièmement, l’équilibre économique du plan d’approvisionnement dans sa globalité, c’est-à-dire en fonction des différentes sources de bois potentielles, est-il atteint, en tenant compte du montant d’investissement pour la plateforme ?

Un groupe de travail, constitué de professionnels du territoire, a été constitué afin de conforter les hypothèses de calcul, et de partager les conclusions.

L’Association des Communes Forestières a apporté son expertise technique, nourrie des accompagnements sur plus d’une vingtaine d’autres projets depuis 2008, pour apporter des réponses étayées à ces questions. Elle a également contribué à la construction du plan de financement, et participer à la rédaction des différentes demandes de subventions.

Le travail se poursuit aujourd’hui avec le démarrage des études de conception pour la plateforme, et de la stabilisation du plan d’approvisionnement à partir de contacts personnalisés auprès des professionnels.

Conseiller sur le montage juridique le plus pertinent

Comment garantir que l’exploitant des réseaux de chaleur s’approvisionne auprès des fournisseurs du territoire, et notamment à partir de la plateforme de production qui serait construite ?

Sous réserve que l’équilibre économique soit atteignable, la réponse à cette question constitue la clé de voute de l’édifice imaginé par les élus de la Communauté d’Agglomération.

Des premières études juridiques ont été menées. Si aucune solution ne permet de satisfaire à l’ensemble des attentes, celles qui y répondent le mieux ont pu ainsi être identifiées.

Le point commun entre ces solutions les plus favorables, c’est qu’il puisse exister un lien juridique entre l’exploitant des réseaux de chaleur, l’exploitant de la plateforme et les différents fournisseurs.

Pour partager leur travail, et bénéficier des retours d’expériences respectifs, l’Association des Communes Forestières a organisé une demi-journée d’échanges entre les élus de la Communauté d’Agglomération d’Arlysère et ceux de la Métropole de Grenoble, confrontés aux mêmes préoccupations.

Le choix définitif du montage juridique le plus pertinent appartient aux élus du territoire, et ne peut pas être divulgué à ce stade, pour ne pas anticiper sur une décision à venir. Néanmoins, cet exemple concret permettra de nourrir l’expérience des Communes Forestières, qui pourra être partagé lors des futurs accompagnements qu’assurera l’Association auprès de ses adhérents.

REVENIR A LA PAGE PRECEDENTE